•  
  • Suivez votre commande...
  • Contactez-nous
  • Consultez votre météo locale et le sens des vents...
  • Signalez la migration des bécasses...
  • Suivez la migration prénuptiale de la Bécasse des bois...
  • Club National des Bécassiers
  • Dates d'ouverture 2015 / 2016
  •  

Lundi 25 mai 2015, 32ème transhumance à Saint Rémy de Provence, CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE...

Programme de la journée du lundi 25 mai 2015 • de 9h à 19h :  Foire à la brocante, foire aux fromages, concours de peintures sur le thème de la transhumance - place de la République• de 10 à 13h :  Stand bavarois - place de la République organisé par le Comité de jumelage Saint-Rémy / Pfarrkirchen• 11h :              Passage des troupeaux• 12h :              Repas - plateau de la Crau, Triage des bêtes et démonstration de chiens de bergers Menu du Repas des Bergers de la Transhumance Reservation: 06 16 78 61 55 à partir du 18 mai 2015Tarif: 25 euros/pers1/2 tarif: de 5 à 12 ansGratuit: -5 ans Détail du menu à venirrouille setoiseragout de flageoletcôtelettes et gigôt d'agneau à volontéfromagesalade dessertvin rouge, rosé à volonté Vous êtes intéressés?Envoyez le montant par chèque à l' ordre suivant: Les bergers de Saint-Rémyadresses:Mairie de Saint Rémy de ProvenceService placierMairie de Saint Rémy de ProvencePlace Jules Pelissier13210 Saint Rémy de Provence  C'est l’une des plus belles fêtes traditionnelles de Provence. Chaque année, les troupeaux de moutons quittent la Provence au printemps pour les pâturages des Alpes. Ce voyage se faisait autrefois à pieds nécessitant parfois plus de dix jours de marche. Cette fête reconstitue une coutume ancienne.Elle réunit chaque année tous les éleveurs de la région et leurs troupeaux, plus de 4000 brebis, agneaux et béliers ainsi que des chèvres et ânes de transhumance encadrés par les bergers en costume traditionnel défilent le matin autour du centre ville.Toute la journée, brocante et foire aux fromagesLa question des origines de la transhumance en Provence mobilise les historiens et les archéologues. Les grands déplacements de troupeaux de la plaine à la montagne avaient probablement disparu durant le haut Moyen Âge, faute des conditions politiques (organisation territoriale et sécurité des chemins) et économiques (marchés pour écouler les produits des troupeaux) nécessaires à de telles entreprises.Mais la découverte dans les années 1990 dans la plaine de la Crau de fondations de nombreuses bergeries datant de l'époque romaine et de l'âge du Fer laisse à penser que déjà dans l'Antiquité des troupeaux d'ovins transhumaient, corroborant Pline l'Ancien affirmant que dans "les Plaines-de-pierre" de la province Narbonnaise les moutons "par milliers convergent depuis des régions lointaines pour brouter".Le balancement des troupeaux se remet en place dès avant le xiie siècle à l'initiative des communautés montagnardes, qui ne peuvent nourrir en bergerie des troupeaux importants durant les longs hivers, et vont chercher l'herbe des plaines. Les grands monastères (Abbaye Saint-Victor de Marseille, Boscodon…), les imitent dès le xiiie siècle en mettant en valeur leurs possessions dans le haut comme dans le bas pays, imités, à partir du xive siècle par les grandes familles nobles. Il s'agit alors d'une transhumance de la plaine à la montagne, avec des troupeaux de mille bêtes et plus.Les archives du Comté de Nice font état de contrats passé au début du xive siècle, entre des montagnards et des éleveurs de basse Provence. Les premiers ayant rapporté au pays les troupeaux des seconds. C’est à partir de 1325 que l’on voit des éleveurs envoyer en commun de gros troupeaux (de près de 2000 têtes) vers les pâturages de haute montagne. Dans un premier temps, cette transhumance sera perçue par beaucoup comme de la concurrence pour les élevages de montagne (Musset, 1986). Dans Sociétés paysannes, Henri Mendras citait ce conflit de pouvoir comme illustration d'un processus d'installation d'un équilibre entre ressources naturelles et exigences sociales (Mendras, 1976).De nombreux actes notariaux parus après 1380 témoignent de ce mode de transhumance. Au xve siècle, la grande transhumance, réservée au siècle précédent aux troupeaux des grandes familles et des éleveurs riches, se démocratise. L’estivage des moutons devient massif. À partir de 1450 chaque année entre 40 000 et 50 000 moutons quittent Aix-en-Provence et ses alentours pour les alpages (Leydet, 1982). À partir de là, la grande transhumance ne cessera de s’étendre vers le nord. (cf.Wikipédia) Départ en montagnes (Edouard BARROT)Ils ont bouclé les bâts devant la bergeriePuis chargé les guenilles dessus le charreton Les ânes ont deviné le branle-bas qui se passe Le troupeau quitte Crau pour regagner les monts. Les béliers sont en tête avec les grandes sonnailles Les pâtres crient fort mêlés aux aboies des chiens Les brebis en se pressant filent long du sentier En cueillant le peu d’herbe tout en faisant chemin Le Bayle au grand chapeau semble mener la fête De cette procession qui s’égraine à loisir Des bâts bombus l’agnelet sort la tête Les clameurs de l’aube se répandent à plaisir,  Par sentier, par chemin sous un manteau d’étoiles Ils s’en vont nobles et fiers dans la nuit finissant Offrir à la montagne ses reflets de printemps Pâtres qui avaient choisis la vie la plus belle ! 
Rédigé le  10 mai 2015 11:31 dans Eleveurs de brebis, chèvres, vaches et juments...  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site
 
Pour comprendre comment
est sécurisé votre paiement,
vous pouvez cliquer sur cette image.



103 langues
pour être à votre écoute...
 


Pour consulter l'avis de nos clients,
vous pouvez cliquer sur cette image.

Avis des clients de son-nay.com par Shopping Satisfaction