•  
  • Suivez votre commande...
  • Contactez-nous
  • Consultez votre météo locale et le sens des vents...
  • Signalez la migration des bécasses...
  • Suivez la migration prénuptiale de la Bécasse des bois...
  • Club National des Bécassiers
  • Dates d'ouverture 2015 / 2016
  •  

La Junte de Roncal... C'était ce vendredi 13 juillet dernier à La Pierre Saint Martin...

Une épopée transfrontalière, partage d'un territoire commun... Celui-ci est devenu un évènement festif des plus heureux, illustrant l'un des plus vieux traité d'europe... L'histoire d'une "source" d'où jaillit enfin, une paix retrouvée...  Le "TRIBUT" DES TROIS VACHES Les premiers écrits sur ces incidents datent de 1373, bien qu'en 1350 se développent de mauvaises relations de voisinage liées à l'usage des sources. En 1361 certains écrits parlent de ces terres incultes du roi.Quelques auteurs voient dans cette date le début du paiement du tribut, cependant le texte de la sentence de 1375 mentionne clairement : "que les Barétounais avaient depuis longtemps l'habitude de donner trois vaches âgées de deux ans et sans défaut". On peut donc en déduire que ce tribut existait déjà à cette époque-là.Le Roncalais Pedro Carrica d'lsaba et le Barétounais Pierre Sansoler se rencontrent ce jour-là près d'une source pour faire boire leurs bêtes. C'est là qu'a lieu la première dispute, car, bien que Sansoler soit arrivé le premier, Carrica a la priorité : en effet, la fontaine se trouve en territoire roncalais.Une querelle tragique et violente...Verbale dans un premier temps, elle dégénère en rixe et coûte la vie au Barétounais. La famille de ce dernier, par vengeance, organise une expédition commandée par Anginar Sansoler, cousin de la victime. Cette troupe se dirige vers le Col de la Pierre St Martin à la recherche de Pedro Carrica. Ne le trouvant pas, ils descendent vers Belagua et tuent sa femme enceinte et s'acharnent sur son cadavre.A la suite de ces tragiques événements, Carrica et les siens organisent à leur tour une expédition. Dans la maison de Anginar Sansoler, ils surprennent les Barétounais qui fêtent leur vengeance. Pedro Carrica épargne le fils et l'épouse de Pierre Sansoler mais la prie de choisir un homme qui devra prendre soin d'elle et de son enfant. Elle choisit un de ses frères et les Roncalais égorgent tous les autres. Une servante de la maisonnée qui a réussi à s'enfuir donne l'alerte aux Arettois. Ceux-ci tendent une embuscade aux Roncalais sur le chemin du retour et les poignardent dans la nuit.La Paix des hommes, jugement et compensations...A ce stade de la violence, les représentants de Carlos II de Navarre et de Gaston de Béarn, souverains des deux pays, tentent de rétablir la paix lors de la rencontre d'Anso. Deux évêques de chaque souveraineté assistent à cette entrevue. Mais les deux vallées poursuivent leur lutte, la bataille d'Aguincea en est l'épisode le plus tragique. Les Barétounais finissent par se rendre et déclarent aux Roncalais qu'ils se soumettront à l'arbitrage d'Anso. Après un jugement verbal, le tribunal considère que les uns comme les autres ont subi des dommages équivalents et il confirme aux Roncalais le droit d'exiger le tribut. On fixe comme date de paiement le treize Juillet de chaque année sous la garantie des paroisses de l'église d'Anso et de la cathédrale d'Oloron.Dès lors et jusqu'à nos jours, le tribut continue d'être payé. Toutefois, quelques crises graves entraînent des interruptions, en particulier au XVllème siècle et en 1944 lors de la seconde guerre mondiale.Moment festif qui réunit, chaque année, les citoyens de ce territoire transfrontalier depuis...Aujourd’hui, ces conflits ne constituent plus qu’une page de l’histoire locale. Le traité est pourtant toujours en vigueur après des siècles d’existence. Chaque 13 juillet, ils commémorent l'arbitrage qui, depuis 1375, impose aux Béarnais le paiement à perpétuité de trois vaches en échange du droit de faire paître leurs bêtes dans les pâturages roncalais. Une belle occasion de célébrer l’amitié entre les habitants des deux vallées.Vous pouvez vous rendre à cette journée festive en rejoingnant La Pierre-Saint-Martin ou en suivant l'évènement du "jardin gourmand" organisée par la Vallée de Barétous.Je trouve cette histoire humaine, toute contemporaine et bien européenne, n'est-ce pas?  (denis Pascal)Documentation, photographies et sites touristiques... à savourer sans modération.Cliquez-voir!  
Rédigé le  21 juillet 2012 17:05 dans Randonneurs, marcheurs et coureurs sur les chemins et sentiers de montagnes...  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site
 
Pour comprendre comment
est sécurisé votre paiement,
vous pouvez cliquer sur cette image.



103 langues
pour être à votre écoute...
 


Pour consulter l'avis de nos clients,
vous pouvez cliquer sur cette image.

Avis des clients de son-nay.com par Shopping Satisfaction