•  
  • Suivez votre commande...
  • Contactez-nous
  • Consultez votre météo locale et le sens des vents...
  • Signalez la migration des bécasses...
  • Suivez la migration prénuptiale de la Bécasse des bois...
  • Club National des Bécassiers
  • Passion des Grives et de la Chasse
  • Dates d'ouverture 2017 / 2018
  •  

Randonneurs, marcheurs et coureurs sur les chemins et sentiers de montagnes...

ROUTE DE LA TRANSHUMANCE 2017, une belle aventure humaine...

Au départ du Lac d'Estaing dans les Hautes Pyrénées le samedi 2 septembre 2017 et durant trois semaines, c'est depuis les Pyrénées et jusqu'à la Gironde qu'un troupeau de 600 têtes, de moutons, de chèvres, d'ânes seront accompagnés de leurs chiens de montagnes des Pyrénées.

C'est avec les bergers Stéphane et son fils Txomin IRIBERRI, que ce troupeau va parcourir les 280 km qui séparent les estives du Lac d'Estaing dans les Pyrénées Atlantiques, jusqu'à Aillas en Gironde pour arriver le dimanche 24 septembre 2017.

Cliquez sur la carte ci-après pour accéder directement sur une carte interactive Google Maps.

Les pastilles de couleur correspondent aux Communes d'accueil de chaque étape de LA ROUTE DE LA TRANSHUMANCE 2017.

Cliquez sur une pastille de la commune-étape de votre choix, vous y lirez le programme festif et convivial qu'elle vous propose et les contacts utiles pour vous aider à organiser au mieux un moment en famille et/ou avec vos amis...


LA ROUTE DE LA TRANSHUMANCE - Septembre 2017 - Images



Site officiel de LA ROUTE DE LA TRANSHUMANCE

Rédigé le  19 août 2017 22:10 dans Evènements sportifs et culturels...Eleveurs de brebis, chèvres, vaches et juments...Randonneurs, marcheurs et coureurs sur les chemins et sentiers de montagnes...  -  Lien permanent
0 Commentaires  

La vie en estive permet l'entretien d'une part importante de la surface de nos Parcs nationaux......

Créé en mars 1967, le Parc national des Pyrénées s'étend sur deux départements, les Pyrénées Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

Ce sont près de 40 000 habitants régroupés sur 86 communes qui vivent au sein de ce territoire d'une aire optimale de 206.300 ha.


De 1.073 à 3.298 mètres d'altitude avec son Vignemale, le coeur du Parc sétend sur 45.700 ha.

Pour sa flore, 2 500 espèces végétales dont plus de 200 se développent naturellement sur ce territoire, dont la vesce argentée et la pensée de Lapeyrouse.

Les 2 réserves naturelles de Néouvielle et d'Ossau sont des espaces protégés.

19 sites ont été inscrits au réseau européen Natura 2000. Ce réseau concerne des sites naturels ou semi-naturels ayant une grande valeur patrimoniale, par la faune et la flore exceptionnelles qu'ils contiennent. L'objectif est de maintenir la diversité biologique des milieux, tout en tenant compte des exigences économiques, sociales, culturelles et régionales dans une logique de développement durable.

 

La préoccupation permanente du maintien du pastoralisme est un facteur principal de l'évolution des paysages pyrénéens. L'activité agricole sait concilier sa viabilité économique avec la sauvegarde de l'environnement.

 

Le maintien des espaces naturels et pastoraux, espace de vie partagé des espèces sauvages et domestiques, permettent le développement de l'activité fromagère et de ses produits.

 

De là dépendent la qualité de vie et du travail des bergers (améliorations pastorales, héliportages, cohabitation avec l'ours et les vautours…). Du maintien d'une diversité et d'un équilibre paysagers, sources de richesses économique et écologique, dépend le devenir des espèces et l'avenir des hommes qui vivent sur l'espace Parc.

Ce sont aussi près de 1 000 exploitations agricoles qui participent au développement et à l'entretien du territoire du Parc, notamment les terres arables et prairies des vallées. Les 350 estives, situées en zones de montagne et haute-montagne et représentant 123 000 ha, accueillent des troupeaux transhumants qui portent au cou nos cloches, sonnailles et grelots.

 

 En parcourant les sentiers de grande randonnée (GR) et sentiers de Saint Jacques de Compostelle, vous entendrez résonner nos sonnailles.

Ce sont près de 180.000 espèces domestiques qui transhument chaque années vers les hauts plateaux du Parc national des Pyrénées.  Chacune des sonnailles est choisie par l'éleveur qui reconnaîtra et localisera son troupeau par la gamme des sonorités choisies et particulières à son "oreille".

Ce sont 150.000 ovins (brebis, antenaises, bêliers et agneaux), 20.000 bovins (vaches, boeufs et broutards) et 4.000 équins (juments, étalons, hongres et poulains) qui pâturent ces hauts espaces montagneux.

 

Observez nos espaces pyrénéens... isards escarpant les rochers...

La Faune du Parc recense 64 espèces de mammifères dont 5 600 isards,

 

et distinguez les grands rapaces qui vous survolent...

Avec 200 espèces d'oiseaux, on peut compter 320 couples de Vautours fauves. Le poids moyen d'un Vautour fauve est de 8 kilos et son envergure maximale de 2,60 mètres. Il vit de 25 à 35 ans.

Le vautour fauve est un oiseau planeur; lourd et massif, il utilise les courants ascendants thermiques pour planer et peut parcourir ainsi des centaines de kilomètres à la recherche de nourriture.

Exclusivement charognard, il se nourrit sur les carcasses de grands animaux qu'il détecte du haut du ciel grâce à sa vision adaptée. Le vautour fauve se nourrit principalement d'animaux domestiques morts (moutons, vaches).



37 couples d’Aigle royal. L'aigle royal est un grand rapace marron foncé, aux larges ailes. Plus petit que le vautour fauve, son envergure est généralement comprise entre 1,8 et 2,34 m. L'aigle royal utilise son agilité, sa vitesse et ses serres extrêmement puissantes pour attraper ses proies : des lapins, des marmottes, des écureuils, et de grands mammifères comme les renards, les chats sauvages et domestiques, les isards ou bouquetins.

 

et 13 couples de Gypaète barbus. Son envergure varie de 245 à 285 cm pour un poids de 5 à 7 kg et sa longueur varie de 105 à 130 cm.

Le gypaète est surnommé le « casseur d'os », car il a l'habitude de laisser tomber les os les plus gros (de préférence les os "longs", riches en moelle) d'une hauteur de 50 mètres sur les flancs de falaise ou sur les champs de pierres, il mange alors les débris et les ligaments ou le « nettoyeur des alpages », car il joue un rôle sanitaire essentiel en se nourrissant de cadavres d'animaux de la faune sauvage (chamois, bouquetins) et d'animaux d'élevage (moutons, chèvres).

 

 

Photographes appréciés... respirez voir...

- Marc Leclercq

- Laurent Nédélec

 

Rédigé le  27 juin 2015 17:07 dans Randonneurs, marcheurs et coureurs sur les chemins et sentiers de montagnes...  -  Lien permanent
0 Commentaires  
 
Pour comprendre comment
est sécurisé votre paiement,
vous pouvez cliquer sur cette image.



103 langues
pour être à votre écoute...
 


Pour consulter l'avis de nos clients,
vous pouvez cliquer sur cette image.

Avis des clients de son-nay.com par Shopping Satisfaction